Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualités scientifiques

  • "La religion est un fait social" (entretien)

    csm_2016-07-04_Thinkstock-foule_863070e5d0.jpgJe reproduis ci-dessous un entretien publié le 6 février 2018 dans La Croix, à l'occasion du colloque "Religion et classes sociales" de l'AFSR.

     

    La Croix : Constatez-vous toujours un intérêt des chercheurs pour les religions ?

    Yannick Fer : Le domaine est à la fois en déclin et en renouvellement. Il y a un déclin si on ne regarde que les sciences sociales des religions au sens classique. Cela est lié à un arrière-plan culturel et religieux qui décline. En revanche, on note une progression au sein de la sociologie générale. C’est-à-dire qu’il y a de plus en plus de chercheurs qui travaillent sur des sujets qui ne sont pas religieux mais qui rencontrent le religieux sur leur terrain. Ils veulent ainsi avoir des outils pour l’intégrer dans le contexte général de leur objet d’études. Par exemple, une chercheuse travaille sur l’économie domestique des classes populaires et à un moment, elle croise le religieux et s’intéresse aux femmes qui fréquentent la mosquée pour déterminer si cela a une influence sur la manière dont elles gèrent leur budget. De même, quand en sciences politiques, un chercheur rencontre des acteurs évangéliques ou catholiques par exemple.

    Quelles sont les d’objets d’études qui attirent le plus  ?

    Y. F. : Le tropisme autour de l’islam est, je crois, lié à des enjeux politiques et à une façon de surmédiatiser l’islam et les musulmans en le construisant comme un problème politique. Et, cela a des effets sur le plan de la recherche car il y a des financements pour les gens qui vont travailler sur l’islam sous un certain angle, notamment la mode sur la déradicalisation. Il y a des appels d’offres sur ces sujets. C’est un peu le danger : je ne suis pas du tout convaincu de la pertinence politique et scientifique de faire travailler les chercheurs en leur indiquant plus ou moins implicitement le résultat à obtenir.

    Pour le reste, il y a toujours eu en France des travaux sur le catholicisme, des historiens… Une tradition existe. Compte tenu de la croissance des mouvements évangéliques et pentecôtistes dans le monde, il y a également un développement dans ce domaine de recherche. Finalement, l’éventail est assez large.

    Dans ce contexte, quels sont les objectifs du colloque de l’AFSR ?

    Y. F. : Pendant plusieurs décennies, l’accent a été mis sur les logiques d’émancipation. Mais si l’on poursuit trop loin dans ce registre, on oublie de resituer les gens dans leur contexte social. Il y a du « bricolage religieux », mais il n’est pas uniquement lié à une liberté absolue de l’individu car on sait bien qu’influent notre milieu d’origine, notre socialisation, notre parcours scolaire. Il est vrai que la religion ne représente plus le même système d’autorité mais il demeure des déterminants sociaux, y compris dans ce qu’on décrit comme des pratiques très personnelles.

    En choisissant pour notre colloque le thème « Religions et classes sociales », il s’agit de défendre l’idée qu’il est à la fois nécessaire et pertinent de réfléchir à la dimension sociale de la religion, de l’appartenance sociale et de la pratique religieuse… En outre, le colloque veut illustrer que pour expliquer le religieux, il faut maîtriser à la fois les contenus religieux mais aussi la façon dont il s’inscrit dans la société car il ne faut pas oublier que la religion est d’abord un fait social.

     

     Image : Thinkstock.

  • Atelier "Genre, classe, race et... religion ?" (23 mars 2018)

    Affiche 23 mars.jpgLe programme PSL "Agenda pour une sociologie critique des religions" tiendra son troisième atelier le 23 mars 2018 à Paris,  sur le thème Genre, classe, race et... religion ? L'intersectionnalité en questions.

    23 mars 2018, 14h-18h

    ENS - Salle R2-01

    48, bd. Jourdan, 75014 Paris

    L’intersectionnalité est un concept convoqué de façon à la fois croissante et hétérogène dans les champs académique et militant. En dépit d’une forte circulation internationale, il fait l’objet d’usages contrastés dans les sciences sociales francophones et anglophones (Chauvin & Jaunait, 2012), tout en suscitant de nombreux débats (McCall, 2005 ; Chauvin & Jaunait, 2015 ; Fassa, Lépinard & Roca i Escoda, 2016). Le concept connaît surtout une expansion certaine, à mesure que le traditionnel triptyque genre/classe/race se voit élargi à l’âge, à la sexualité et à la santé dans certains travaux. Qu’en est-il de la religion ? Des voix se font en effet entendre pour intégrer le religieux aux efforts de théorisation intersectionnelle (Lépinard, 2014 ; Weber, 2015). En rappelant que l’intérêt principal de l’intersectionnalité n’est pas de souscrire à une vision arithmétique et énumérative des formes de domination qui pèsent sur les individus, mais bien plutôt d’étudier l’imbrication des logiques catégorielles (Crenshaw, 2005 ; Ridgeway et Kricheli-Katz, 2013 ; Bentouhami, 2015) ainsi que la consubstantialité des rapports de pouvoir (Kergoat, 2009), cet atelier permettra d’interroger la place du religieux dans les théories intersectionnelles et de revenir sur les défis méthodologiques posés par ces dernières. L’analyse sociologique des religions, appréhendées à la fois comme systèmes normatifs et pratiques sociales quotidiennes, doit permettre de mieux tenir compte de l’importance des religions comme lieu de socialisation et d’incorporation des normes de genre et comme espace social d’expérimentation des rapports de pouvoir. A travers trois interventions qui feront dialoguer réflexion théorique et éléments empiriques, cet atelier propose d’étudier les apports et les limites, pour les sciences sociales des religions, de l’intersectionnalité et de montrer comment l’analyse du religieux pourrait enrichir ces approches intersectionnelles.

    Programme de l'après-midi

    14h-14h45. Sébastien Chauvin (professeur associé en études genre, GEG, ISS, Université de Lausanne). L'intersectionnalité contre l'intersection.

    14h45-15h15. Discussion

    15h15-16h. Simona Tersigini (MCF en sociologie, Université Paris Nanterre, Sophiapol). Un esprit pur par un corps pur. Vertu et écueils de la démarche intersectionnelle dans l'analyse du religieux en situation migratoire.

    16h-16h30. Discussion

    Pause

    16h45-17h30. Sophie Rétif (MCF en sociologie, Université Paris Nanterre, IDEHE.S). Enjeux religieux, de classe et de genre dans des associations familiales catholiques.

    17h30-18h. Discussion

    Discutantes : Gwendoline Malogne-Fer et Juliette Galonnier

    Pour télécharger le programme complet, incluant résumés et références bibliographiques, cliquez ici.

  • Science et religion (publication)

    science&religion-couv.jpgJe viens de publier aux éditions CNRS Alpha, avec mes collègues Claude Dargent et Raphaël Liogier, le livre collectif Science et religion issu de sessions organisées par le réseau thématique « Sociologie et religions » de l'association française de sociologie. Ci-dessous, le texte de présentation (quatrième de couverture) et la liste des auteurs.

    Présentation. La question des relations entre science et religion est un classique de la controverse. Souvent vues comme conflictuelles, ces relations peuvent être envisagées à partir de différents points de vue. Bien des disciplines ont en effet des choses à dire dans ce domaine. Anthropologie, philosophie, histoire, droit seront ainsi convoqués dans les contributions rassemblés dans cet ouvrage.

    La sociologie y occupe néanmoins une place privilégiée. De Émile Durkheim et Max Weber jusqu’aux auteurs les plus contemporains, sociologie des religions et sociologie des sciences ne cessent en effet de se croiser. Et les différentes études de cas présentées dans l’ouvrage démontrent qu’on ne peut pas réduire les rapports entre sciences et religions à un combat structurel : si les exemples de conflit sont nombreux, on constate aussi l’existence de « zones grises » où ces deux registres se rencontrent et se mêlent.

    Auteurs. Claude Dargent, Laetitia Ogorzelec-Guinchard, Elsa Déléage, Claire Reggio, Ludovic Bertina, Gwendoline Malogne-Fer, Nora Demarchi, Judith Hermann-Mesfen, Nicolas Le Dévédec, Yannick Fer et Raphaël Liogier.

    Pour télécharger le sommaire, cliquer ici.