Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 avril 2006

Présentation : Polynésie, terres chrétiennes

Ce qu’on appelle la Polynésie comprend un ensemble d’îles de l’Océan Pacifique comprises dans un triangle dont les trois points sont, au Sud la Nouvelle-Zélande, à l’Est l’île de Pâques (Rapa Nui) et au Nord les îles Hawaii. La Polynésie française, située grosso modo au centre de ce triangle, est elle-même constituée de cinq archipels : les îles du Vent (Tahiti et Moorea), les îles Sous-le-Vent (dont la plus célèbre est Bora-Bora), les îles Australes, les Tuamotu-Gambier et les îles Marquises.
Ceux qui connaissent la Polynésie contemporaine, et plus largement l’Océanie, savent quelle place occupe le christianisme dans ces sociétés : une place incontournable. Bien sûr, ce n’est pas ce que retient l’industrie touristique lorsqu’elle vend des destinations comme Tahiti, même si tous les dimanches matins, des touristes – sur le conseil des guides touristiques - se rendent aux cultes des églises protestantes de Polynésie française, des îles Cook ou d’ailleurs pour écouter les chants traditionnels. Ce n’est pas non plus ce qui a attiré le regard des anthropologues qui pendant longtemps ont considéré la christianisation comme un danger mortel pour les cultures locales ou ont préféré l’ignorer pour étudier tout ce qui semblait avoir « survécu » ou risquait tout simplement de disparaître des mémoires.
Dans ce blog, il sera donc question de la Polynésie d’aujourd’hui, chrétienne depuis plus de cent ans, et surtout de la dernière vague du christianisme en Océanie, le protestantisme évangélique et pentecôtiste (le pentecôtisme étant l’une des tendances du protestantisme évangélique), qui connaît depuis les années 1980 une progression rapide, aux dépens notamment des églises protestantes historiques.
La Polynésie d’aujourd’hui, ce sont les 232000 Pacific Islanders qui vivent en Nouvelle-Zélande, Samoans, Tongiens et Cook Islanders (plus nombreux en Nouvelle-Zélande que dans leur pays d’origine), Tuvaluans, Niueans, … Auckland est la capitale de cette diaspora polynésienne, qui se concentre dans les quartiers sud d’Otara et Mangere. Car la Polynésie ce sont aussi des populations urbaines : 53% des habitants de Polynésie française vivent en ville, 48% aux Samoa américaines, 32% à Tonga.
Étudier la Polynésie, ce n’est pas choisir une destination exotique à l'écart des courants qui animent le monde contemporain. C’est une manière d’aborder des phénomènes dont on mesure encore mal l’ampleur et les conséquences sur la physionomie du christianisme : migrations, "globalisation", expansion du protestantisme évangélique et pentecôtiste, montée de mouvements missionnaires africains, asiatiques ou océaniens qui ambitionnent de re-christianiser l’Occident… entre autres.

21:30 Publié dans Présentation du site | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Toutes mes félicitations pour ce nouveau blog, déjà riche en info (et quelles photos magnifiques). Je me réjouis de le consulter régulièrement !

Écrit par : sfath | 24 avril 2006

Merci à tous les trois pour vos messages. Je crois que, comme le dit Fabrice, Internet et les blogs font émerger de nouvelles façons de "sociologiser", ils ouvrent en tout cas des possibilités d'expressions plus libres et d'échanges plus horizontaux. Cela crée sans doute un contrepoids utile, alors que nous évoluons dans un milieu où les formes de la communication sont strictement codifiées et les échanges souvent hiérarchisés. C'est très encourageant de voir ces réseaux se construire.

Fabrice,
Nous avons, d'après ce qu'écrit Sébastien sur son site, en commun une approche de la religion comme paradigme relationnel. J'avais déjà apprécié votre intervention au CEVIPOF et je vais lire avec attention vos publications. Je pense que je mettrai aussi bientôt en ligne un petit texte sur les Adventistes de Polynésie, et j'attendrai vos commentaires.

Y. Fer

Écrit par : Yannick Fer | 29 avril 2006

Yannick,
Je connais que par les chiffres l'adventisme du pacifique, et encore ! J'attends avec impatience de mieux les découvrir par ton regard. Pour ce qui est de mon approche de ce terrain, je l'appelle "relationnelle", car elle se base sur les échanges relationnels que les individus déclarent et que j'observe.
Pour ce qui est ma participation au CEVIPOF le texte est en cours de finalisation et porte sur le rapport avec l'identité antillaise. Je peux te le transmettre pour avoir tes impressions.

Écrit par : Fades | 29 avril 2006

Les commentaires sont fermés.