Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 décembre 2009

Nouvelles du Pacifique (1) : l'Océanie à la conférence de Copenhague

Vous avez peut-être entendu parler de la manifestation organisée à Copenhague par des représentants de Tuvalu, un des États océaniens les plus directement menacés par la montée du niveau des océans, comme le rappelle la vidéo ci-dessous.

Tuvalu - Islands on the frontline of Climate Change from panos pictures on Vimeo.

 

L'AOSIS, "Alliance of Small Island States" (alliance des petits États insulaires) a eu la bonne idée de mettre en ligne sur son blog Climate Pacific@COP15 les textes des interventions à Copenhague de plusieurs chefs d'État océaniens: les premiers ministres de Tuvalu, des Samoa et des îles Cook ; les président de Palau (en Micronésie), de Nauru, des îles Marshall, des États fédérés de Micronésie, et le ministre de l'environnement des îles Salomon.

stop warming.jpgLes réseaux d'églises se sont également mobilisés, au travers du Conseil oecuménique des églises et de la Pacific Conference of Churches. Cet organisme qui rassemble les églises protestantes historiques et anglicanes de la région a mis en ligne une pétition demandant aux pays les plus riches d'assumer leur responsabilité vis-à-vis des îles du Pacifique victimes du réchauffement climatiques, en diminuant leurs émissions de dioxyde carbone d'au moins 45% d'ici 2020  et en "s'assurant que les pays les plus vulnérables du Pacifique auront tous le soutien et les ressources nécessaires pour réduire leurs émissions (qui à ce jour, représentent moins de 1% du total mondial!), réaliser un développement propre et s'adapter aux changements climatiques". Enfin, cinq églises ou mouvements chrétiens de Nouvelle-Zélande (les églises baptiste, méthodiste, anglicane, catholique et presbytérienne ainsi que l'Armée du Salut) ont publié une déclaration commune rappelant leur engagement de longue date au côté "des plus pauvres et vulnérables membres de (leur) communautés globales" touchées par le changement climatique, autrement dit auprès des Pacific Peoples, migrants polynésiens qui constituent une grande partie des forces militantes des églises néo-zélandaises.

19:25 Publié dans Actualités océaniennes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.