Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 avril 2014

Vient de paraître : "Diasporas asiatiques dans le Pacifique"

couverture-diasporas.jpgL'histoire de ce livre a commencé en 2007, avec l'organisation d'un double atelier dans le cadre du congrès du réseau Asie-Pacifique, auquel j'avais alors consacré une note sur ce blog. Les textes issus de cet atelier, réactualisés entre-temps, sont finalement parus cette année aux éditions Les Indes Savantes, sous le titre Diasporas asiatiques dans le Pacifique. Histoire des représentations et enjeux contemporains. Douze auteurs y ont contribué, issus de plusieurs disciplines : anthropologie, sociologie, histoire, ethnopsychiatrie, science politique ou lettres modernes. Ils évoquent les communautés d'origines chinoise, vietnamienne, javanaise dans plusieurs pays du Pacifique : Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Vanuatu, Nouvelle-Zélande. On peut consulter la table des matières en cliquant ici. Ci-dessous, quelques mots d'introduction.

Les représentations de l’Océanie, en sciences sociales comme en littérature, n’ont longtemps accordé qu’un rôle très secondaire à ces personnages de coolies agricoles, petits commerçants ou commis de magasin, souvent relégués à l’arrière-plan. De l’histoire coloniale à celle des indépendances politiques (acquises par la plupart des îles du Pacifique Sud entre 1960 et 1980), le face-à-face entre l’Occident et les populations autochtones n’a laissé que peu de place aux communautés d’origine asiatique, pourtant présentes dans la région depuis la fin du 19ème siècle.
L’anthropologie océaniste, longtemps dominée par une perspective patrimoniale, a surtout cherché à « comprendre les systèmes culturels et sociaux indigènes avant qu’ils ne soient balayés par les forces de la modernisation », en se repliant vers les régions les plus isolées à mesure qu’avançaient les frontières de l’expansion occidentale et la mondialisation des échanges, comme l'a noté l'anthropologue John Barker. Enfin localement, les mouvements de « renaissance culturelle » ont inspiré, depuis les années 1970-1980, des discours politiques ou religieux sur la tradition qui mettent l’accent sur les liens entre un peuple et une terre, et construisent ainsi des identités nationales d’où la notion de diversité culturelle est largement absente.
Ce livre éclaire donc une dimension relativement méconnue des sociétés océaniennes, en donnant un premier aperçu des recherches en cours sur l’histoire et la situation contemporaine des diasporas asiatiques du Pacifique Sud.

25 août 2006

Hakka Protestants in Tahiti

medium_nz_japon.jpgA few months ago, I made my article on Hakka Protestants in French Polynesia, published in 2004 in Perspectives Chinoises, accessible on the web in its French version. This article was also published in English (China Perspectives n°57, 2005).
Those who already know the history of Chinese migrations know that Hakka outside China form a very strong Diaspora. In French Polynesia, migrations began in 1865 and were organized by the French Colonial Administration to fit the needs of workers expressed by a big plantation established in Tahiti.

Here is the abstract of this article:
While Pentecostalism exists today in French Polynesia, as in all the South Pacific States, it has followed an unusual path there, taking roots initially (during the 1960s) within the Hakka Chinese immigrant community. Long perceived by the historic Protestant Church as “Chinese-style Protestantism”, it initially gave birth to several Hakka Churches, each of which combined cultural identity, integration into Polynesian society and adherence to Christianity in different ways. However, after a series of secessions, a significant number of Hakka converts and their children are to be found in a transcultural Church, the Assemblies of God of French Polynesia. The intersecting histories of Pentecostalism and of the Hakka community in French Polynesia thus bear witness, in an exemplary fashion, to the gradual construction of a plural society (both multicultural and multi-confessional), which is in tension with the adherence of (almost) all the population to Christianity, as well as with individual cultural identities.

To read this article, click on "Hakka History" in the left column (À lire PDF).
[Nb.This PDF file has been recorded backward, so the last page of the document is in fact the first page of the article].

19:00 Publié dans ENGLISH VERSION | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook